Conception d'un article pour la rubrique People du site Médiamass

Nous n'inventons rien. Tous nos articles, dans le choix des thèmes, comme dans la manière de les traiter jusqu'à la tournure des phrases sont inspirés de faits réels.

Pour décortiquer le procédé nous partirons d'un cas d'étude, cette rumeur qui ébranla le monde (médiatique) à l'été 2012 : Carla Bruni serait de nouveau enceinte.

Les faits

Juin 2012, Carla Bruni n'est pas enceinte.

La couverture médiatique (sur internet)

Carla Bruni n'est pas enceinte donc, qu'importe. La rumeur annonçant le contraire se répand. Des articles du genre « Carla Bruni de nouveau enceinte ? » fleurissent dans la presse à scandale, mais également dans la presse dite sérieuse.

La rumeur est rapidement infirmée par l'intéressée ce qui entraîne quelques jours plus tard une seconde vague d'articles « Carla Bruni dément être enceinte ».

Les principes de base

De ces articles nous relevons quelques règles pour bien faire :

  • Parler de l'existence de la rumeur pour parler de la rumeur
    Les journaux se cachent derrière leur « devoir d'information » et feignent de ne commenter que l'existence de cette rumeur, alors que dans les faits ils en relaient le contenu sans omettre le moindre détail ; puisqu'ils savent que c'est ce contenu que vient chercher le lecteur.

  • Laisser en ligne les articles une fois la rumeur démentie
    Les journaux, une fois la rumeur démentie, laissent en ligne l'article original, le plus souvent tel quel. Ainsi, n'importe quelle rumeur aussi fausse soit-elle, laissera à jamais ses traces dans la grande mémoire d'internet.

  • Publier sur un même site, l'interrogation sur la rumeur ET son démenti
    Comme vu précédemment, non seulement l'article consacré à la rumeur ne sera pas supprimé ni modifié, mais sera au contraire souvent suivi d'un article sur son démenti – qui dans les faits n'est qu'une autre manière de rapporter à nouveau le contenu de cette rumeur. Ceci a pour conséquence de doubler le nombre de traces internet de la rumeur.

Les techniques que nous caricaturons sont donc : l'utilisation du conditionnel, de la tournure interrogative et de la distance par rapport à l'information qu'induit la rumeur ; la persistance de tous les articles et leur multiplication.

La masse d'articles ayant relayé la fausse rumeur de grossesse de Carla Bruni nous ont servi de modèle et de matériaux pour notre article « XXX est enceinte », appliqué sans distinction et tout aussi massivement aux milliers de femmes (de moins de 60 ans) et d'hommes de notre banque de données. Article qui appliqué à Carla Bruni donne : Carla Bruni enceinte?

Le procédé est-il si courant?

À ceux qui doutent et se disent « ils exagèrent, cette manière de faire n'est pas aussi répandue », voici quelques exemples d'articles sur la grossesse qui parle de la rumeur ET du démenti. Gardez-bien à l'esprit que l'information est totalement fausse.

Dans la presse dite sérieuse:

Trois cas par-ci, trois cas par-là et puis c'est tout?
Non non.

La liste est sans fin. Une recherche « Carla Bruni enceinte » sur Google permet de prendre la mesure du nombre de journaux et magazines ayant entretenu la rumeur en lui donnant du corps, et de constater que plusieurs mois après tous les articles sont toujours en ligne.

Remarque

Mettons de côté le fait que Médiamass n'est pas un site d'information, qu'il affiche clairement son côté parodique et précise que tous ses articles sont faux.

Quand bien même, lorsqu'une information est fausse – comme ici la grossesse de Carla Bruni – y a-t-il une grande différence entre :

  • Être un journal sérieux (avec des journalistes professionnels, titulaires de cartes de presse et avec de la déonotologie tout plein), entendre une rumeur et sans chercher à vérifier, publier l'article « Carla Bruni est-elle enceinte ? » ;

  • Être Médiamass, ne rien entendre, et publier l'article « Carla Bruni est-elle enceinte ? ».

 

– Mediamass (novembre 2012)

 

page served in 0.013s (0,7)