Miss Algérie 2015 au cœur d'une série de scandales

Miss Algérie ou Miss scandale?

Que serait une élection de « Miss Algérie » sans scandale? L'édition 2015 sera sûrement celle de tous les records puisqu'avant même la finale de vendredi (3 octobre 2014), les polémiques se sont enchaînées à un rythme jamais vu : publication de photos de Miss nues, sextape, tricheries et révélations en tout genre. Revivez la semaine en image.

Correctif 2/10/2014 : Il semblerait que cette rumeur soit infondée. (en savoir plus)

Photos de miss nue?

Les 20 finalistes de l'édition 2015 du plus prisé des concours de beauté algériens sont arrivées dimanche 28 septembre à Alger pour la semaine de préparation avant la finale qui se tiendra demain soir dans l'un des plus beaux palaces de la capitale. Il n'a pas fallu attendre longtemps avant que la première affaire éclate puisque dès lundi, des photos de la candidate n°3 entièrement nue sont apparues sur internet, avant d'être reprises par l'ensemble de la presse algérienne. Immédiatement disqualifiée, la jeune femme a crié à l'injustice alors qu'un comité de soutien officiel se constituait sur Facebook.

Sextape impliquant plusieurs candidates?

Plus tard dans la même soirée, une vidéo apparemment filmée dans le dortoir des filles et mettant en scène la candidate n°3 ainsi que les candidates n°6, 17 et 18 dans des situations plus que compromettantes est mise en ligne sur Youtube, accompagnée d'un commentaire énigmatique « y'a pas d'raison que je paye pour tout le monde ». La police algérienne a ouvert l'enquête et nourrit déjà quelques soupçons. Lors de leur interrogatoire lundi les trois filles impliquées ont chacune bien reconnue les autres participantes sur les images mais démentent y avoir participé elles-mêmes. Elles ont été à leur tour suspendues par l'organisation.

Des miss refaites de la tête aux pieds?

Mardi 30 septembre nouveau coup de théâtre, la visite médicale a vu la disqualification de la candidate n°2 accusée de s'être faite refaire la poitrine, de la n°20 pour les fesses, de la n°5 pour le nez et les oreilles. Puis des n°10, n°13 et n°14 qui préférèrent renoncer plutôt que d'être examinées. Les candidates n°9 et n°16 ont elles été exclues pour avoir falsifié leur inscription en mentant sur leur âge, le concours est en effet interdit aux moins de 18 ans et au plus de 60. Le candidat n°11 est parti en claquant la porte et en criant à la discrimination.

Tricherie et tentatives de corruption?

La nuit du mardi au mercredi fut agitée. Au petit matin nous apprenions avec stupéfaction que la candidate n°8 venait d'être exclue pour avoir flirté avec un membre du jury. Une demi-heure plus tard, la candidate n°1 devait elle aussi renoncer pour avoir batifolé avec l'ensemble des membres du jury. Exclusion rapidement suivie de celle de la candidate n°7 qui a aussi batifolé avec les membres du jury, mais tous en même temps. Cette dernière se serait cependant défendue des accusations d'avances au producteur du concours puisque sa moralité lui interdit d'entretenir une relation avec l'amant d'une amie, la candidate n°4. La candidate n°19 s'est alors aussitôt jetée sur la candidate n°4 à coup d'ongles et de noms d'oiseaux l'accusant de lui avoir volé son mari. Le producteur gêné a reconnu le mariage avec n°19 et l'aventure avec n°4 mais pas celle avec n°12 puisque « ça n'est pas tromper » ; avant de démissionner dans la foulée et de quitter Alger, seul.

La candidate n°15 est toujours en lice. Le suspense reste entier puisqu'il lui faudra tenir plus de 20h sans créer de polémique.

 

page served in 0.016s (0,7)