« António Guterres est mort » : le Secrétaire général des Nations unies victime d'une infâme rumeur

António Guterres à son tour victime d'une rumeur de décès

La fausse nouvelle du décès du Secrétaire général des Nations unies, annoncée samedi après-midi sur Twitter a provoqué un emballement médiatique sans précédent. Pas de panique, à 71 ans António Guterres est toujours vivant et bien portant.

Correctif 5/07/2020 : Il semblerait que cette rumeur soit infondée. (en savoir plus)

Depuis samedi (4 juillet), une rumeur lancée sur Twitter, concernant une potentielle mort d'António Guterres, enflamme le réseau social.

Rumeur planétaire, l'effet Twitter

Le réseau Twitter colporte toutes sortes d’informations, les vraies comme les fausses. Les plus anodines comme les plus terribles. Ainsi nombres personnalités ont déjà été l'objet de fausses rumeurs de mort se propageant sur Internet comme une traînée de poudre. Hier, ce fut au tour d'António Guterres, homme politique portugais, d’être enterré par un tweet funèbre.

Tout est parti du message : « António Guterres vient de nous quitter. RIP. », publié sur le site de microblogging samedi 4 juillet vers 14h. La rumeur enflamme immédiatement la Toile. Nouveau tweet une heure plus tard : « Décès d'António Guterres, les proches de l'homme politique confirment ». Pour amplifier l'effet d'annonce, ce dernier tweet est accompagné d'un lien vers le site Nécropédia (qui précise pourtant qu'António Guterres n'est pas mort).

Selon un sondage du Celebrity Post, une large majorité (61%) jugeaient samedi soir les rumeurs du décès d'António Guterres de très mauvais goût.

L'entourage aurait « démenti formellement » la mort de l'homme politique

La fausse information est ensuite reprise par quelques radios puis par des médias du monde entier. Ce n'est que tard dans la soirée de samedi que le porte-parole de l'homme politique se serait fendu d'un communiqué laconique qui « dément formellement le décès d'António Guterres ».

Les fans sont rassurés. Twitter est un outil d'information rapide, mais il faut être de plus en plus vigilant.

© 2020 MédiaMass via AMP™ Tous droits réservés. Reproduction interdite (même avec autorisation).

António Guterres dans l'actualité

 

page served in 0.05s (1,3)